· 

L'harmonie en son coeur

L’harmonie en son cœur
L’harmonie... Quelque chose qui résonne juste, suffisamment pour créer une efficacité sereine dans un ensemble vivant et joyeux.
L’histoire. Comme tout à chacun, une réponse à soi d’abord. Il m’était vital de comprendre et d’intégrer les mécanismes d’équilibre et d’harmonie. Rapidement j’ai compris que les apparences ne suffisaient pas à traduire le mouvement de la vie, et que porter son regard au-delà, intégrer le principe de réalité à partir des faits et considérer le tout dans un ensemble plus large qui intègre le subtil, le non-dit, le non-visible, permet d’articuler les deux fondamentaux de la vie, l’horizontalité, fixe de la matière, du visible, du tangible et la verticalité de l’esprit, mouvement du ciel, du non-visible.
La communication non verbale ne représente-t-elle pas 80% de la signification du message ?Le vent, sans se voir, ne se manifeste-t-il pas à travers la force des éléments qu’il bouscule ?
C’est le souffle de vie qui s’exprime. C’est merveilleux de comprendre cela, et de pouvoir s’en inspirer chaque jour.
Là, on touche à quelque chose qui puise sa force dans l’essence, la partie motrice. Et qui donc, mène à l’essentiel car au vrai. Et dans le vrai, il y a la joie.
Ce fut et ça reste une expérience et une recherche de chaque instant.
Ce mécanisme permet de récupérer amour, liberté, vitalité à travers un processus régulier et constant d’expansion. Le feng-shui traditionnel est une porte ouverte sur ce processus. La personne qui entend que le lieu a des caractéristiques qui lui sont personnelles, comme un être vivant, car inscrit dans une dimension vivante de l’espace et du temps - cette personne entend déjà que la vie va au-delà des apparences et de ce que l’esprit veut sécuriser derrière des certitudes. Et quand bien même leur fondement sont pertinents, est-ce que la vie se réduit à cela ? Petit que nous sommes à l’échelle de l’univers, et puissant à comprendre cela. Il a et aura toujours à nous apprendre de par son antériorité et sa postériorité.
Cela demande un certain lâcher-prise et de ce fait, un recentrage dans son espace intérieur. Des espaces se libèrent d’eux-même, dans le rien le tout est possible. Le vide crée un mouvement dans lequel l’inconnu dirigé éclos. Dans cet espace, la vie repend son cour, et nous nous ouvrons à de nouvelles perspectives, réactualisées sur notre présent, tournées vers le nouveau souhaité. C’est plus efficace et plus rapide. Plus léger aussi.
J’ai résolu beaucoup de difficultés en intégrant ce processus. Il permet de comprendre et de transformer et ce, principalement, en modifiant le regard que l’on porte. Et le modifier en conscience, apporte de la profondeur et de la pérennité au changement. Après, c’est presque un mode de pensée quotidien qui réactualise vers ce que j’appelle, ‘l’extraction par le haut’.
Les deux dimensions sont celles de la création, il y a toujours deux plans qui opèrent dans la création. C’est au delà de l’action. C’est un agir juste dans un environnement approprié. C’est un ensemble en synergie. C’est la coordination de l’espace et du temps dans la matière.
Mes pratiques sont celles qui permettent d’articuler ce regard vers ce mouvement de vie, qui, quand on en reconnaît la force - (qui d’ailleurs, frappe souvent à nos portes de plusieurs manières comme un rappel à une évidence - et notre libre arbitre de l’écouter ) - alors cet équilibrage naturellement structurant, accompagne notre regard et sa contribution à la réalisation de nos vies.
Étymologiquement, ‘harmonie’ veut dire ‘union, accord, agrément’ - que je dirai, céleste.
Delphine.

Écrire commentaire

Commentaires: 0